3 juin 2020

Le jury 2020 : Portraits

Une des spécificités de Concours de Courts repose sur la présence d’un jury de professionnels issu du milieu du cinéma. Cette année, à situation exceptionnelle, édition exceptionnelle, nous avons décidé d’augmenter le nombre de personnalités jugeant…à distance la sélection 2020. Ce petit article est là pour que vous puissiez en apprendre un peu plus sur les personnalités engagées cette année.

VANESSA AIFFE

Voix marquante du petit écran au début des années 2000, avec Jean Dujardin et Alexandra Lamy pour « Un Gars/Une Fille » produit par Isabelle Camus sur France 2, pendant trois ans, Vanessa Aiffe incarne la copine « Vaness » dans « Soirée beauté/Soirée copines ». Elle prête également sa voix à différents personnages de la série au gré des épisodes du format court, aux côtés de Arsène Mosca, Mathieu Madénian, Dany Sénéchal. Le court-métrage est d’ailleurs un format cher aux yeux de Vanessa Aiffe : elle a notamment réalisé le court-métrage Andrée avec Andréa Ferréol, un témoignage touchant et singulier sur la maladie.

JEREMY BANSTER

Artiste multi-facettes, Jérémy Banster est à la fois, acteur, réalisateur mais aussi metteur en scène. À l’aise devant une caméra comme sur scène, il fait très rapidement ses premiers pas au théâtre en jouant dans de nombreuses pièces classiques, de Shakespeare à Marivaux. Véritable touche-à-tout, Jeremy monte même sa propre compagnie théâtre, Bensyl, avec laquelle il adapte la pièce Montserrat d’Emmanuel Roblès dont il tient le rôle principal. Ce spectacle lui permet de participer au prestigieux festival d’Avignon.Il réalise son premier court-métrage, Les Portes Blanches, en 1999. Dans les années qui suivent, il continue sur sa lancée en réalisant d’autres courts-métrages, et Règlement de Contes, lui vaut d ‘être sélectionné dans plusieurs festivals. Il va également diriger pendant quelques années le Festival du Film Franco-Britannique du Touquet. Depuis 2018, il est l’un des personnages principaux de la fiction quotidienne Un si grand soleil, sur France 2, où il interprète Julien Bastide, amour de jeunesse de l’héroine.

FANNY BASTIEN

Fanny Bastien commence sa carrière d’actrice en 1980 sous le nom de Fanny Meunier avec un petit rôle dans Tendres Cousines, un film érotique soft de David Hamilton, puis en jouant une jeune lycéenne enceinte dans la comédie Le bahut va craquer aux côtés de Michel Galabru, Claude Jade, Darry Cowl et Dany Carrel. Elle adopte la même année le nom d’artiste de Fanny Bastien sous lequel elle obtient son premier grand succès dans le rôle-titre du feuilleton Dorothée, danseuse de corde, une histoire adaptée du livre de Maurice Leblanc qui relate les déambulations, dans un cirque, d’une jeune fille qui danse sur un fil. Elle tourne régulièrement durant une dizaine d’années, interprétant souvent des premiers rôles, naviguant entre les films d’auteurs et des œuvres populaires avec comme partenaires, entre autres, Gérard Jugnot, Richard Berry ou Bernard Giraudeau, dans des films comme Pinot simple flic, pour lequel elle est notamment nommée au César du meilleur espoir féminin en 1985. Elle est aussi la co-fondatrice, avec Geoffroy Thiebaut du Festival du film insolite de Rennes-Le-Château dont la 6ème édition se déroulera du 4 au 8 septembre 2020. (https://festivalfilminsoliterenneslechateau.fr)

ALIX BENEZECH

Remarquée par le réalisateur Abdelatif Kechiche, elle apparaît pour la première fois au cinéma dans Vénus noire en 2010. Elle enchaîne ensuite avec le tournage d’une dizaine de courts-métrages, et reçoit entre temps un Prix d’interprétation au Festival Ciné Poche pour son rôle dans le court-métrage Train-Potins (2011) de Lucas Stoll. En 2012, elle est révélée au grand public grâce à une séquence avec Laurent Lafitte dans De l’autre côté du périph. Dès lors, la pétillante Alix obtient de nombreux rôles; Des lendemains qui chantent (2014) avec Ramzy et Laetitia Casta, L’odeur de la mandarine (2015) de Gilles Legrand, La belle saison (2015) de Catherine Corsini. Elle s’illustre ensuite dans le film de Dominique Farrugia, Bis, qui lui vaut le Prix d’interprétation féminine au Festival Ciné Télé 2015 et dans le remarqué La Quepa Sur la Vilni de Yann Le Quellec. Alix Bénézech est à l’affiche du film Influenceuse réalisé par Sandy Lobry, disponible à partir du 7 mai 2020 sur Instagram, Facebook et Youtube, qui reprend les codes des réseaux sociaux.  Dépassant les frontières de l’Hexagone, Alix Bénézech est au casting de la nouvelle série américaine Whiskey Cavalier, donnant la répliant Scott Foley et Ana Ortiz et a était la seule actrice française à l’affiche du dernier Mission Impossible (Fall Out) avec Tom Cruise.

JEAN-CHRISTOPHE BOUVET

Etudiant en cinéma, linguistique et psychanalyse, à l’université de Paris VIII. Il rencontre Téchiné et Chabrol, dont il devient l’assistant. Il travaille simultanément en tant qu’acteur, assistant réalisateur et auteur.  Il tient son premier rôle important dans La Machine (1977) de Paul Vecchiali : il y interprète un condamné à mort pour le meurtre d’une enfant. Connu pour ses personnages souvent troubles, il a notamment collaboré avec Chabrol, Pialat, Godard ou encore Sofia Coppola. Qualifié par le réalisateur et critique de cinéma Louis Skorecki de “plus grand acteur au monde”, Jean-Christophe Bouvet est aussi considéré par Serge Kaganski comme le “Jean-Pierre Léaud de la génération post-Nouvelle Vague. Il sera prochainement à l’affiche de Emily in Paris, une série télévisée américaine créée par Darren Star et dont la diffusion est prévue pour 2020 sur Paramount Network où il interprétera le rôle de Pierre Cadault, un grand couturier parisien dans les pas de Karl Lagerfeld.

DOUNIA COESENS

Révélée par la fiction quotidienne de France 3, c’est à seulement 15 ans que Dounia Coesens commence à tourner à plein temps pour la série phare Plus Belle la Vie, ù elle incarne le rôle de Johanna Marci. La jeune fille évolue avec le rôle de Johanna, qui d’adolescente peste devient femme d’affaires à succès. Cette expérience lui permet de remporter en 2008 le Prix Jeune Talent de l’année de la télévision française. Depuis plusieurs années, c’est au théâtre que la jeune femme se consacre. Elle a notamment était à l’affiche d’Accalmies passagères de Thierry Harcourt et de Si on recommençait d’Éric-Emmanuel Schmitt. Diversifiant ses projets, on la retrouve aussi à la télévision dans des fictions à succès comme Commissaire Magellan, Enquêtes réservées et Camping Paradis.

LAURENT GAMELON

Comédien apprécié du public, Laurent Gamelon a débuté dans le Petit théâtre de Bouvard. C’est en 1985 que le cinéma lui ouvre ses portes en 1985 avec P.R.O.F.S, un film de Patrick Schulmann dans lequel il joue un professeur d’EPS. Un rôle prédestiné puisqu’ensuite, tout s’enchaîne très vite et Laurent Gamelon décroche de nombreux rôles de « gros bras ». Sa voix atypique lui permet également de doubler des personnages mythiques comme Mufasa dans le Roi Lion 2. Sa carrière est jalonnée de seconds rôles dans des comédies à succès, à l’instar de La Doublure, Rien à déclarer, Le placard ou encore Tais-toi. Côté séries, son parcours est impressionnant et Laurent Gamelon devient très vite un grand visage du petit écran français, notamment grâce à ses rôles dans Clem et Diane, femme flic. Durant toute sa carrière, il n’en oublie pas pour autant ses premières amours et foule à de nombreuses reprises les planches

ANNIE GREGORIO

Originaire de Nérac, dans le Lot-et-Garonne, comme l’indique son délicieux accent, Annie Grégorio, intègre, au début des années 1980 la troupe des Baladins en Agenais, véritable tremplin artistique en matière de création et de présentation de spectacles. Elle y croise notamment le chemin de Muriel Robin et d’Elie Semoun. Figure du Petit théâtre de Bouvard, elle incarne depuis des rôles attachants à la télévision, comme dans Maigret et Joséphine, ange gardien ou au cinéma dans Le Zèbre de Jean Poiret en 1992 ou Fantôme avec chauffeur de Gérard Oury en 1996. 

Personnage familier des petits et des grands écrans, elle brille aussi sur les planches, déjà nominée en 1991, 1993 et 2005, l’actrice reçoit finalement en 2002 le Molière du second rôle pour sa participation dans la pièce Théâtre sans animaux.

SAIDA JAWAD

Après avoir suivi des cours au conservatoire de Roubaix et débuté au théâtre avec Antigone. Saida Jawad multiplie les expériences aussi bien au cinéma qu’à la télévision. Ainsi, au cinéma, Saïda Jawad tourne dans plusieurs films, comme Rose et Noir de Gérard Jugnot, Tous les Soleils de Philippe Claudel ou encore le très remarqué La Conquête de Xavier Durringer. Elle passe aussi par le petit écran et participe à de réels succès populaires, jouant tour à tour dans Tout est bon dans le cochon, dont elle signe le scénario, Aicha téléfilm réalisé par Yamina Benguigui ou encore dans la série policière Falco.

DENIS MALLEVAL

Réalisateur ayant beaucoup travaillé à la télévision, Denis Malleval a notamment travaillé sur des séries telles que Joséphine, ange gardien, Femmes de loi, Chez Maupassant ou encore des téléfilms comme Les Ombres du passé avec Frédéric Diefenthal et Samuel Le Bihan. Il a notamment remporté le prix du meilleur réalisateur au Festival de Luchon 2015 pour La Boule Noire avec Antoine Duléry et Virginie Lemoine.

MIGLEN MIRTCHEV

Bulgaire d’origine, mais français d’adoption, formé au Conservatoire Supérieur d’Art Dramatique de Sofia en Bulgarie, Miglen Mirtchev vit et travaille en France depuis 1984. Il a participé à de nombreuses séries télévisées dont Le Bureau des Légendes, Kaboul Kitchen, ou encore Engrenages. Outre des téléfilms et des courts métrages, il a tourné récemment au cinéma avec Agnès Jaouidans Place Publique, Thomas Vinterberg dans Kursk, Valérie Müller et Angelin Preljocaj dans Polina, danser sa vie.  Habitué de la scène, il a joué notamment sous la direction d’Aurélia Guillet dans Le Train Zéro de Iouri Bouïda et dans Quelque chose de possible d’Aurélia Guillet et David Sanson, de Tommy Milliot dans Massacre de Lluïsa Cunillé, en altérnance au Studio Théâtre de la Comédie Française et dans Lotissement de Frédéric Vossier, spectacle lauréat du festival Impatience 2016

OLIVIER MEGATON

Né le 6 août 1965 soit vingt ans jour pour jour après le bombardement d’Hiroshima (d’où son nom d’artiste), Olivier Mégaton est un artiste multi-facette. A ces débuts, impressionné par son travail, Jean-Baptiste Mondino l’encourage à réaliser son premier court métrage, No Way ou le coeur du Phoenix en 1991. Il reste alors, dans les années 90, derrière la caméra pour des pubs, des clips et une dizaine de courts métrages dont Tout morose et Je ne veux pas être sage en 1998. Ce dernier film inspirera le réalisateur pour son premier long métrage, Exit, qui retrace un voyage dans l’esprit d’un serial killer. Parallèlement, ses fresques et peintures commencent à connaître un certain succès, ce qui l’amène à exposer en France, puis à l’international, notamment au Japon, pays avec lequel il a une connexion particulière et dont la mutation moderne l’intéresse (il aura ainsi au cours de sa carrière de nombreuses rencontres professionnelles avec le milieu de jeu vidéo). Du graff à la pellicule, sa quête de l’image se poursuit inéluctablement par la pellicule dès 1991. Réalisateur à succès s’exportant dans le monde entier, il a notamment travaillé sur les films Taken et sa suite, Taken 2 avec Liam Neeson, Colombiana avec Zoé Saldana, ainsi que le Transporteur III.

MIREILLE PERRIER

Actrice à la filmographie fleuve, Mireille Perrier est avant tout une femme engagée et une actrice sensible aux projets originaux. En 1989, son rôle de Normalienne timide, amoureuse d’Hippolyte Girardot, dans Un monde sans pitié, lui assure un premier succès populaire. Dans les années 1990 l’actrice enchaîne les tournages et privilégie les rôles à caractère sentimentale aux cotés de jeunes réalisateurs. Toujours à la recherche de projets originaux, elle apparaît dans « Des Indes à la planète Mars » en 2007 avant d’être l’une des filles dans « Toutes les filles pleurent » de Judith Godrèche en 2010. Depuis, on a pu la retrouver dans le drame social Qu’Allah bénisse la France d’Abd-Al-Malik ou encore la série dystopique Osmosis sur Netflix.

MANUEL SANCHEZ

Réalisateur, scénariste et producteur français, Manuel Sanchez a eu plusieurs vies. Après un DEUG de Lettres Modernes et de Psychologie, sa passion pour le cinéma « d’ auteur » qu’il découvre à la télé grâce au Ciné de Minuit de Patrick Brion et le Ciné-club de Claude- Jean Phillipe le conduit à Paris où il commence dans le métier comme porteur de boîtes à LTC. Il rencontre la chef-monteuse Martine Baraqué qui lui permet de comprendre la subtilité du montage. Il passe à la réalisation de courts-métrages qui obtiennent plusieurs récompenses. Puis au long-métrage avec Les Arcandiers. Il a notamment réalisé Les Arcandiers, nommé aux Césars en 1992 et prix du Public au Festival de Belfort 1991. Producteur depuis 2017, il s’est lancé dans l’activité de distributeur de films avec ou sans agrément.

OLIVIER SITRUK

Après des études au conservatoire de Nice, il entre en 1986 au Studio 34, une école d’art dramatique parisienne. Bien que sa formation soit centrée sur l’art théâtral, c’est au cinéma qu’il décroche son premier rôle en 1991 aux côtés de Johnny Hallyday dans La Gamine. Tout s’enchaîne alors pour l’acteur qui connaît sa première nomination aux Césars en 1995 pour L’Appât, réalisé par Bertrand Tavernier. En 1997, il connaît le succès dans le teen-movie devenu culte Quatre Garçons pleins d’avenir où il joue un dragueur foutraque déterminé à truquer le système de notation de l’université d’Aix-en-Provence pour éviter un énième redoublement à son meilleur ami. Il jouera par la suite avec Cécile de France dans Irène en 2001 et donnera également la réplique à Gérard Darmon (Mariage mixte), Marion Cotillard (Cavalcade) ou encore Zabou Breitman (24 jours). Depuis 2008, c’est au théâtre qu’Olivier Sitruk multiplie les rôles : il est apparu dans une dizaine de pièces, dont le succès Le facteur sonne toujours deux fois, aux côtés de Laura Presgurvic. Il a également été héros récurrent pour la télévision (Jeff & Léo, flics et jumeaux, Enquêtes réservées) et a participé à certaines productions de prestige, comme la minisérie Coco Chanel sur France 2. En 2014, il est choisi pour être juré dans l’émission La France a un incroyable talent : aux côtés de Lorie et de Gilbert Rozon.

FREDERIC SOJCHER

Cinéaste et universitaire belge, il convient de présenter Frédéric Sojcher avec la double-casquette qu’il arbore fièrement, celle d’un réalisateur ayant réalisé 4 longs métrages dont « Cinéastes à tout prix », sélection officielle au Festival de Cannes 2004) et « Hitler à Hollywood’ et une dizaine de courts-métrages, et de directeur du Master scénario, réalisation, production de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Selon lui, tout documentaire est une fiction ce qui explique pourquoi la plupart de ses films interrogent les rapports entre réalité et fiction, sous le mode ludique, avec, souvent, des personnalités interprétant leur propre rôle avec autodérision. Il a notamment réuni des acteurs comme Arletty, Patrick Chesnais, Annie Cordy, Maria de Medeiros, Lorànt Deutsch, Serge Gainsbourg, Margaux Hemingway, Bernard Lavilliers, Michael Lonsdale, François Morel, Claire Nebout, Denis Podalydès, ou encore Benoît Poelvoorde. Universitaire renommé, il a écrit et coordonné une vingtaine de livres sur des cinéastes et des questions de mise en scène, sur la direction d’acteur, la production, le cinéma belge et le cinéma européen… Ses publications ont en commun le désir de partager un gai savoir, accessible à tous, avec cette idée que les questions de cinéma dépassent le cinéma et posent notre rapport au monde.

GEOFFROY THIEBAUT

De 1980 à nos jours, Geoffroy Thiebaut a joué au théâtre dans une quarantaine de pièces. Il a tourné dans plus de 70 téléfilms.   Il prête aussi sa voix pour des séries étrangères, films, des documentaires et des spots publicitaires.



Côté petit écran, il a notamment été de 2009 à 2016, le “méchant” commandant de l’IGS, Roland Vogel, dans la série évènement d’Olivier Marchal sur Canal+ BRAQUO.

Au cinéma, il a notamment tourné pour Alain Resnais, Richard Heffron, ou encore Jean-Pierre Vergne. En 2010 il se lance dans la réalisation, en montant sa société Tannenbo Productions et tourne un court métrage “Nuit Noire“ où il choisira comme actrices principales Catherine Marchal et Fanny Bastien..Et c’est avec cette dernière qu’il a fondé le Festival du film insolite de Rennes-Le-Château dont la 6ème édition se déroulera du 4 au 8 septembre 2020. (https://festivalfilminsoliterenneslechateau.fr)

MARINA TOME

Actrice, autrice et metteuse en scène depuis près de 30 ans, Marina Tomé forme d’abord un duo comique avec François Morel, Bernard et Violette. Puis elle écrit et interprète un solo mélancomique, Trop tard pour pleurer, mis en scène par Jean-Daniel Laval, pour lequel elle obtient le Piaf du meilleur One Woman Show. Un premier rôle dans Tatie Danielle d’Etienne Chatillez et dans le premier court-métrage de Cédric Klapisch Ce qui me meut, et la carrière de Marina Tomé était lancée. Comédienne au théâtre et au cinéma, avec entre autres : Coline Serreau, Cedric Klapish, Martin Provost, Noémie Lvosky, Emmanuel Salinger, François Morel, Alain Robak, Eléonore Faucher, Valérie Guignabodet, mais aussi actrice engagée pour l’égalité femmes-hommes et les droits des intermittents du spectacles, elle lance en 2015 au sein de AAFA (Actrices Acteurs de France Associés) la commission AAFA-Tunnel de la Comédienne de 50 ans. Elle est aussi membre du Collectif 50/50 qui a pour but de promouvoir l’égalité des femmes et des hommes et la diversité dans le cinéma et l’audiovisuel.